Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lutins de maternelle

Je suis professeur des écoles et je travaille en ZEP. J'ai beaucoup exploré la GS, la MS et la MS/GS. J'ai aussi testé les PS-GS une année. Je suis à nouveau en MS. Vous trouverez ici des manipulations réfléchies, des affichages, des outils pratiques, peu de fiches mais des bilans récapitulant des séquences d'apprentissage ! Je partage aussi avec vous des réflexions, des astuces et de la pédagogie pratique pour l'école maternelle principalement qui peuvent aussi être utiles au CP et après.

Lutins de maternelle

Les essais d'écriture de mots GS

       Mobiliser le langage Écrit

         Commencer à écrire tout seul

« Premières productions autonomes d’écrits »

         Les essais d’écriture de mots

 

 Æ "Lessai d’encodage est une activité au cours de laquelle les élèves sont mis en situation d’essayer d’écrire des mots qu’ils ne connaissent pas. Cela nous permet de savoir où ils en sont dans leur conception du rapport entre l’oral et l’écrit et en particulier si le principe alphabétique est intégré."

 

  Attention : MINUTE INTELLO !!!

 

Voici ce que nous disent les programmes : BO 2015

¥Attendus de fin de cycle: "Écrire seul un mot en utilisant des lettres ou groupes de lettres empruntés aux mots connus."

" Les essais d’écriture de mots

           Valoriser publiquement les premiers tracés des petits qui disent avoir écrit, c’est mettre toute la classe sur le chemin du symbolique. S’il s’agit de lignes, signes divers ou pseudolettres, l’enseignant précise qu’il ne peut pas encore lire. À partir de la moyenne section, l’enseignant fait des commandes d’écriture de mots simples, par exemple le nom d’un personnage d’une histoire. Le but est que les enfants se saisissent des apports de l’enseignant qui a écrit devant eux, ou des documents affichés dans la classe qui ont été observés ensemble et commentés. Leurs tracés montrent à l’enseignant ce que les enfants ont compris de l’écriture. Une fois les tracés faits, l’enseignant lit, ou bruite ou dit qu’il ne peut pas encore lire. Il discute avec l’enfant, il explique luimême les procédés utilisés et écrit la forme canonique en faisant correspondre unités sonores et graphèmes. L’activité est plus fréquente en grande section.

L’enseignant ne laisse pas croire aux enfants que leurs productions sont correctes et il ne cherche pas non plus un résultat orthographique normé : il valorise les essais et termine par son écriture adulte sous l’essai de l’élève.

Les premières productions autonomes d’écrits

            Lorsque les enfants ont compris que l’écrit est un code qui permet de délivrer des messages, il est possible de les inciter à produire des messages écrits. En grande section, les enfants commencent à avoir les ressources pour écrire, et l’enseignant les encourage à le faire ou valorise les essais spontanés. L’enseignant incite à écrire en utilisant tout ce qui est à leur portée. Une fois qu’ils savent exactement ce qu’ils veulent écrire, les enfants peuvent chercher dans des textes connus, utiliser le principe alphabétique, demander de l’aide. Plus ils écrivent, plus ils ont envie d’écrire. L’enseignant accepte qu’ils mêlent écriture en capitales pour résoudre des problèmes phonographiques et écriture en cursive. Lorsqu’ils ne se contentent plus de recopier des mots qu’ils connaissent, mais veulent écrire de nouveaux mots, ils recourent à différentes stratégies, en les combinant ou non : ils peuvent recopier des morceaux pris à d’autres mots, tracer des lettres dont le son se retrouve dans le mot à écrire (par exemple les voyelles), attribuer à des lettres la valeur phonique de leur nom (utiliser la lettre K pour transcrire le son /ca/). La séparation entre les mots reste un problème difficile à résoudre jusqu’au CE1.

        Les premiers essais d’écriture permettent à l’enseignant de voir que les enfants commencent à comprendre la fonction et le fonctionnement de l’écriture, même si ce n’est que petit à petit qu’ils en apprendront les règles. Il commente ces textes avec leurs auteurs (ce qu’ils voulaient dire, ce qu’ils ont écrit, ce qui montre qu’ils ont déjà des savoirs sur les textes écrits), puis il écrit en français écrit normé en soulignant les différences. Il donne aussi aux enfants les moyens de s’entraîner, notamment avec de la copie dans un coin écriture aménagé spécialement (outils, feuilles blanches et à lignes, ordinateur et imprimante, tablette numérique et stylets, tableaux de correspondance des graphies, textes connus). Un recueil individuel de ces premières écritures peut devenir un dossier de référence pour chaque élève, à apporter pour leur rentrée au CP."

Voici les objectifs d'apprentissage précisés :

ë Objectifs : Mettre en relation des sons et des lettres : faire correspondre avec exactitude lettre et son ; mesurer où en est l’élève dans sa compréhension du principe alphabétique ; l’aider à faire évoluer ses représentations de l'écrit.

 

Voici les consignes que je donne :

Ecris les mots suivants représentés par les images.

Ecoute bien chaque son, dans chaque syllabe pour le retranscrire à l’aide de lettres.

 

         J'ai regroupé ces infos dans cette fiche consigne. C'est un outil très utile pour l'enseignant et pour donner des informations aux parents. J'ai trouvé le tableau des étapes de progression sur internet (je n'ai malheureusement pas noté ma source et j'espère la retrouver… ® Merci énormément à Esteve d'avoir demandé à sa professeure d'ESPE Mme ARROYO de retrouver cette source ! C'est donc tiré des travaux de Fijalkov et Liva en 1993.

Je l'ai retapé. Ce tableau  donne des indications sur le niveau de conscientisation du principe alphabétique par l'enfant et permet d'adapter l'aide proposée à chacun en fonction de là où il en est. Ainsi, on respecte les progrès de chaque enfant et on avance marche par marche pour valoriser, encourager et aider chacun à progresser à son rythme.

 

Les critères d'évaluation sont progressifs:

du plus simple en haut de chaque rubrique vers le plus complexe.

 

Ä Je vous mets cette fiche consigne en pièce jointe.

        J'utilise cette fiche consigne, entre autre, avec des fiches d'exercices. J'en ai réalisées 8 différentes afin que chaque élève d'un groupe soit obligé de réfléchier par lui-même. Ainsi, ils ne peuvent pas copier sur un copain et on peut réellement savoir où ils est sont.

         Je me suis appuyée sur ces consignes trouvées sur le même site que la grille précédente (si vous le connaissez, indiquez moi ses coordonnées, merci) et proposées par des grands noms de la pédagogie : 

" Quels mots proposer ?

Ø PROGRESSION suggérée par V. Boiron :

1. des mots sans difficulté orthographique ou phonologique (on supprime les sons oi, ou, an, ai...)

- des mots d'1 ou 2 syllabes : sol, lama, pipe, légo, moto, loto, papi, vélo, bébé, robe, café, école...

- puis des mots de 2 ou 3 syllabes : salade, malade, tomate, pirate, domino, canari, marmite, banane...

- puis, des mots plus longs : locomotive

2. Des mots avec des questions orthographiques à traiter :

- des mots de 2 syllabes tapis, radis, renard, taureau, sirop...

- puis des mots de 3 syllabes : escargot...

On peut inclure dans la liste des noms de personnages "simples" à encoder ( Mimi…° , des onomatopées ( COCORICO)

Ø Propositions M. Brigaudiot :

- des noms sans déterminant

- des mots phonétiquement simples avec des syllabes composées de CV sans graphème rare: DOMINO/ANIMAL/PUMA/LAMA/BEBE/LEGO/VELO/POTIRON

- puis des mots CVC : MARDI /TORTUE /BONJOUR /CARAMEL /JOUR / DECOR /FIL /SAC / LAC/ CAROTTE

- et enfin des mots VCC ou CCV : OURS / TROIS / ONDE / CRI "

u Et voici ce que cela donne :

         Il y a 9 fiches différentes afin que les enfants ne puissent pas copier sur leurs voisins, chacune notée par une lettre de l'alphabet de A à H. Sur une grille, je répertorie les fiches réalisées par chacun afin qu'ils puissent s'essayer à plusieurs reprises.

Explication aux élèves :

"On va jouer à écrire des mots simples. Je sais que vous ne savez pas écrire et je n'attends pas que vous les écriviez comme les adultes. Je voudrais simplement que vous essayiez. Que vous essayiez d'entendre les sons dans les syllabes et que vous vous demandiez comment vous pourriez bien écrire ce que vous entendez. C'est un jeu. Ce ne sera pas parfait, et ce n'est pas ce que j'attends. On essaie c'est tout"

J'utilise des images pour évoquer le mot que l'on va utiliser. Je le verbalise ainsi à mes élèves :

"Cette image te fais penser à quel mot ?" (on se met d'accord sur le mot à retranscrire et je redis le mot sans article). Tu vas devoir le prononcer. Tu vas écrire ce que tu entends en faisant des hypothèses. Tu vas écouter quand tu dis le mot et tu vas te demander si cela te fait penser à une

lettre de l'alphabet qui ferait le même "bruit".  Si oui, écrit la. Continue comme ça pour les autres sons que tu entends et ensuite je te lirais ensuite ce que tu as écrit"


Ä Je vous mets ces fiches d'exercices en pièce jointe.

 

 

 

Voici des fiches réalisées par mes élèves :

       Ê Je leur lis ce qu'ils ont écrit. Cela les aident à prendre consciences de l'écart phonétique avec le mot qu'ils ont voulu écrire ou pas. Tout ce qui est écrit en rose par moi l'est au fur et à mesure que j'explique à l'élève concerné.

On valorise tout :

  • l'élève a écrit en utilisant des lettres et non des similis lettres : c'est fabuleux, tu as utilisé une ou plusieurs lettre pour représenter le mot (même si elles ne sont pas phonétiquement correctes, puis on lui verbalise la prochaine étape en essayant avec lui)
  • l'élève a écrit une lettre qui correspond à un des sons du mot : il l'a entendu et retranscrit : c'est génial ! il commence à entrer dans le principe alphabétique (on lui verbalise la prochaine étape en essayant avec lui)
  • ...

Je colle la consigne au dos de la feuille après y avoir répertorié les réussites.

Ces élèves écrivent phonétiquement des mots complets :

      Ces élèves entendent seulement les consonnes. Il faudra les aider à entendre aussi les voyelles en forçant la prononciation :

       Celui-ci retranscrit un son par mot. C'est un bon début :

         Cet élève cumule des difficultés : il confond encore des sons et a beaucoup de mal à se concentrer. Seul, il n'arrive pas à se poser assez pour réfléchir. Cela ne veut pas dire qu'il ne sait rien. Avec mon aide, en accompagnant le processus de réflexion, en l'aidant à prononcer, il s'est investi dans l'exercice et j'ai ainsi pu l'encourager et valoriser ses essais. Il a progressé dans sa représentation de l'écrit :

A vous de vous lancer !

Oubliez vos peurs car les enfants les ressentiront. Essayez et vous verrez que vous regarderez vos élèves autrement et que vous partagerez de beaux moments de complicité créative.

Pour compléter les informations, vous pouvez- lire les articles suivants : 

 

 

UA-100878289-1

Consignes et grille d'évaluation des premiers essais d'écriture

Fiches exercices des premiers essais d'écriture. 8 fiches différentes en format 2 x A5

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mabinette 13/06/2020 19:23

Un immense merci pour votre partage de travail. C'est vraiment très généreux de votre part.
.

PONS Tiphaine 13/06/2020 19:43

Merci pour ce petit message qui fait plaisir Mabinette. N'hésitez pas à revenir me dire si ça a bien marché avec vos élèves.
A bientôt

tala 28/05/2020 14:54

Parent d'une petite fille de grande section, je m'étonne qu'elle se retrouve à devoir recopier des mots sans avoir vu au préalable les associations de lettres mises en, jeu (graphèmes si je ne m'abuse).
Je reconnais que cette démarche n'est pas la même que la votre, mais peut-être saurez-vous m'éclairer sur l'intérêt que peut avoir ce genre d'exercice.

PONS Tiphaine 29/05/2020 11:24

Bonjour
Copier des mots et essayer d'écrire des mots par soi-même n'est pas du tout la même démarche. Dans le premier cas, on s'attache à familiariser les enfants avec l'écrit car, ne sachant pas lire, ils vivent dans un monde d'oral.
Dans le 2eme cas, on s'attache à comprendre les mécanismes : à utiliser ses connaissances des lettres (leur forme, leur nom et leur son) pour imaginer en s'appuyant sur ce que l'on entend, par quelle lettre on pourrait le transcrire. Le lien entre l'oral et l'écrit se construit. L'enfant émet des hypothèses sur l'écriture de mots en s'attachant aux sons(ce qu'on entend) sans tenir compte des normes orthographiques (dans la phase de recherche). Si on met du son sur les lettres écrites, on doit entendre le mot. Evidemment, on ne réussit pas du premier coup. On confronte son hypothèse écrite lue par un adulte à ce qu'on voulait écrire. Si il manque des sons, on en prend conscience et on essaie de les resituer. Avant tout ça, tout un travail est nécessaire en phonologie sur les syllabes, repérer des syllabes précises dans un mot, puis repérer des sons, ...
Cette compétence est nécessaire pour une bonne réussite en lecture au CP, puisque la lecture, c'est mettre du son sur les lettres. Ils comprendront que l'oral est codé par de l'écrit (ou retranscrit à l'écrit) selon des règles communes et inversement.
J'espère que c'est assez clair et que vous avez compris car c'est complexe et long à travailler, tout comme à expliquer. N'hésitez pas à me poser d'autres questions si il reste des incompréhensions.
A bientôt

Ève MEYER 30/04/2020 22:31

Merci pour ce partage ! C'est très utile !

PONS Tiphaine 01/05/2020 12:41

De rien Eve ! Utilise-le bien ;)
A bientôt

Amandine 09/10/2019 08:50

Merci beaucoup pour ce partage, c'est très clair et ça donne beaucoup de pistes :)

PONS Tiphaine 12/10/2019 12:36

Merci Amandine pour ton message ! ;) Je suis contente que ça puisse t'être utile.
A bientôt

Sandrine 20/06/2019 21:07

Merci pour toutes ces explications!

PONS Tiphaine 09/07/2019 10:21

De rien, c'est avec plaisir Sandrine.
Merci et à bientôt ;)